Projet CORAF

COVID-19, projet CORAF

Les activités sur l’épidémie liée au nouveau coronavirus, provoquant la maladie COVID-19, ont débuté au CRCF fin janvier 2020 et ont été développées lorsque des cas de COVID-19 ont été identifiés au Sénégal début mars.

L’équipe santé publique et sciences sociales du CRCF, avec le RAEE (Réseau Anthropologie des Epidémies Emergentes) et le Réseau SoNAR-GLOBAL, a lancé les activités suivantes dans le cadre du projet CORAF (Coronavirus Afrique) : Veille des médias, Veille des opinions, Analyse des infox, Chronogramme de l’épidémie, Etude sur la quarantaine, Formation.

Ces activités s’ajoutent à la production de curricula de formation sur les épidémies en cours dans le cadre de SoNAR-GLOBAL (voir sonar-global.eu). Ces activités sont coordonnées par K. Sow, A. Desclaux et A. Billaud. De plus, un projet de recherche en anthropologie comparée des mesures de santé publique est en cours d’élaboration.

Dans notre réponse au COVID au Sénégal et en Afrique de l’ouest (Sénégal, Bénin, Guinée, Burkina, Côte d’Ivoire et Cameroun), nous avons mis en place un dispositif d’enquêtes opérationnelles qui comprend :

  • une veille des médias et des opinions (exploration de proximité par collecte d’articles de médias locaux et entretiens)
  • un forum whatsapp pour discuter méthodologie et bibliographie entre chercheurs en anthropo
  • une collecte des infox circulant dans nos réseaux whatsapp (le réseau social le plus utilisé en Afrique)
  • un chronogramme de l’épidémie et de la réponse dans chaque pays

Ceci permet de mener des enquêtes sur des sujets focalisés qui peuvent contribuer à la réponse. Cette approche sera développée dans le projet CORAF (Burkina – Sénégal) qui va porter sur la distanciation sociale et les mobilisations communautaires. Pour cela nous avons élargi notre équipe à Dakar en organisant avec Bernard Taverne et Gabrièle Laborde-Balen une formation d’assistants de recherche en sciences sociales centrée sur le coronavirus et en recrutant trois d’entre eux. Notre premier sujet d’enquête a concerné les effets en Afrique de la  promotion sur les réseaux sociaux de la chloroquine comme traitement du COVID. Elle a donné lieu à :

A. Desclaux

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search