Mali

Contacts :

Gavelle Julien / anthropologue- linguiste CASOA / Bamako-Dakar / gavelle@gmail.com

  • Signalé par Julien Gavelle (21/11/2014) : A propos d’un article de presse sur les griots au Mali dans la réponse a la MVE.

    http://www.lavoixdelamerique.com/content/ebola-des-griots-mis-a-contribution-pour-la-sensibilisation/2520656.html

    Je voudrais attirer votre attention sur un article produit par la presse tournée vers le continent africain (la voix de l’Amérique, équivalent US de RFI) concernant la réponse au Mali. Je voudrais ici à la fois corriger une erreur grossière produite dans cet article mais également utiliser cette erreur pour ouvrir une éventuelle discussion autour des acteurs locaux de la réponse, en particulier dans le cadre de la mobilisation sociale ou de la sensibilisation.
    Dans cet article, il est signifié que les griots sont impliqué dans la réponse dans la mesure ou ils « (…) jouent (…) un rôle non moins emportant dans la mesure où ils jouissent du statut et de la réputation de guérisseurs traditionnels, conseillers et communicateurs doublés de qualité de chefs spirituels ».
    Deux assertions sont totalement ou passablement erronées dans ce compte rendu. Tout d’abord 1) les griots n’ont jamais été des guérisseurs, ensuite 2) ils n’ont rien des qualités de chefs spirituels au sens religieux du terme puisque leur prérogative traditionnelle, pour faire simple, est de conserver et énoncer les généalogies et hauts faits des familles lors de cérémonies ou de servir de médiateur dans des conflits domestiques ou intercommunautaires ou dans les transactions matrimoniales. Qualités de médiation que les guérisseurs en zone forestière guinéenne ne possèdent pas génériquement en dehors de la médiation avec les esprits de la forêt et/ou de la réplique thérapeutique aux attaques sorcellaires. Ce qui n’est pas la même chose qu’une médiation de proximité entre humains même si a certain égards elles s’inscrivent toutes deux dans un continuum d’intercession !
    Au Liberia et en Guinée, la mobilisation des guérisseurs pour empêcher leur propre « résistance/ autopromotion concurrentielle” vis a vis de la réponse médicale et qui contribuait a la diffusion de l’épidémie et/ou pour en faire des alliés dans le contact tracing (les personnes malades pouvaient se référer spécifiquement à eux particulièrement au début de l’épidémie) a produit un effet positif localement tout en induisant parfois des comportements de défiance voir d’exclusion vis a vis de certains de ces guérisseurs ayant collaboré à la réponse.
    Dans cet article, ce bien curieux transfert des qualités de guérisseurs des contrées Guinéennes et libériennes (dont une dimension spirituelle) vers les griots au Mali, est sans doute révélateur d’une perception homogénéisante et folklorique de l’Afrique en générale, et des attitudes condescendantes d’une certaine presse occidentale vis a vis des résistances locales dans les pays touchés par Ebola (rappelons qu’il y a dans les pays occidentaux a peine effleurés par Ebola des cas d’ostracisme, de lynchage et des théories conspirationnistes de tout ordre qui circulent). Dans la recherche d’une réponse efficace pour juguler Ebola, des organisations nationales ou internationales ont judicieusement suivies les recommandations d’anthropologues qui prônaient l’identification de personnes ressources crédibles c’est à dire tout autant issues des représentations administratives et politiques que des légitimités traditionnelles. Certaines de ces organisations ont parfaitement compris que ce type de proposition était également des réponses spécifiques et adaptables en fonction des contextes locaux. En Guinée, en milieu Kissi par exemple, les guérisseurs n’ont pas tous la même prégnance, légitimité ou fonction dans les villages. Mais sous la pression urgentiste, d’autres structures ont au contraire tentés de généraliser cette application sans discrimination. Si l’intégration des griots dans la réponse est salutaire et qu’ils ont une grande importance culturelle et sociale de manière générale, véhiculer une perception erronée ou outrancière de leur attributions originelles posent des problèmes dont le possible affaiblissement voir la neutralisation de la légitimité de la mobilisation sociale qui portent en grande partie la crédibilité et la cohérence des messages de prévention.

  • En terme de mobilisation sociale, il faut accompagner un leadership féminin dans la réponse à Ebola au Mali.

Au niveau régional, la réponse a été quasi exclusivement androcentré (en dehors de quelques exceptions locales). Il est important que la réponse au Mali se démarque de cette tendance. Les femmes prennent de plus en plus de place dans l’économie domestique malienne et construisent peu à peu leur propre autonomie financière, fréquentent de manière privilégiée les marchés, rendent visite aux malades ou les assistent, présentent en priorité les bénédictions lors des cérémonies (dont les enterrements), se rendent régulièrement dans leur village d’origine ou dans leur famille paternelle ou maternelle étendue, montent des commerces ou les animent, deviennent courtières ou pratiquent l’usure à des taux plus bas que chez les préteurs usuels (notamment en zone périfluviale), elles concentrent en grande partie l’histoire de l’espace domestique (tout ethnologue travaillant à un instant T sur la parenté dans un cadre patrilinéaire a pu au moins une fois s’étonner lors de recensions, de l’aptitude des femmes à immédiatement compléter les gaps dans les énumérations généalogiques de leur époux dés que celui-ci mobilise leur aide) … Leur mobilité et leur dynamisme social et entrepreneurial – y compris sur le plan agricole- en fait un ensemble privilégié pour une mobilisation effective.
En terme de contact tracing et de suivi contact, et sur a peu près
la même base d’arguments, il faut également tenter de les mobiliser.

Anthropologie des Epidémies Emergentes Network