Suite Sénégal

  • Projets en cours

EBSEN : EPIDEMIE D’EBOLA ET PRODUCTION SOCIALE DE LA CONFIANCE AU SENEGAL
Projet de recherche en anthropologie médicale
Khoudia Sow (Dr, PhD CRCF/MSAS), khoudia.sow@ird.fr
Alice Desclaux (Dr, Pr IRD) alice.desclaux@ird.fr

Au     Sénégal,   après   la   survenue   fin   août     2014    d’un     cas   de  MVE  (maladie  à  Virus  Ebola)  chez  un patient venu de  Guinée,   un  élément  essentiel   de  la réponse  face à l’épidémie est la    confiance  que  les professionnels de santé  en  première ligne      accordent au  dispositif  sanitaire  de  prévention,  protection  et     prise en charge. Ce sentiment dépend  de   leurs  représentations    du  risque  et  de la maladie,  des  perceptions  et de  l’expérience  du  dispositif de  lutte  contre  la   MVE,  du  traitement  médiatique   national et international de l’épidémie, et d’impératifs  paradoxaux spécifiques   à    la   MVE.   Un  sentiment   de  méfiance   des    agents   de  santé  diffusant   dans   la  population      pourrait    susciter  des     effets  sociaux  entretenant  l’épidémie  (déni,    évitement   du  système  de   soins,  théories causales  diverses, traitements    alternatifs).

Ce projet de recherche, de perspective appliquée et analytique, et d’approche ethnographique, vise à comprendre les déterminants de la confiance (ou la défiance) vis-­‐à-­‐vis du dispositif de lutte contre la MVE au Sénégal chez ses acteurs clé. Le projet explore, à Dakar et dans quatre régions, quatre questions spécifiques, contextualisées par l’exploration des enjeux sociaux, éthiques, médico-­‐techniques et préventifs dans la population :
• les perceptions de la vulnérabilité individuelle et collective et l’expérience de l’exposition au risque parmi les personnels de santé
(professionnels de santé et personnel non médical du service de référence national pour la MVE et d’autres formations sanitaires)
• l’information en circulation sur la MVE (et le dispositif de riposte), dans les médias et autres sources d’information locales et globales
(production de discours et rumeurs, thèmes clé et circonstances de
diffusion), et son interprétation notamment chez le personnel et les agents « à l’interface » avec la population (gardiens et vigiles, médiateurs communautaires)
• les effets sociaux de l’épidémie et du dispositif de réponse, abordés au travers de l’expérience vécue par les sujets contact mis sous surveillance à domicile notamment en termes de peur et de stigmatisation (personnels de santé et non professionnels)
• les sources de confiance et de défiance envers l’information diffusée par les institutions et les mesures sanitaires de protection et traitement, avec leurs déterminants, dans diverses populations (personnels de santé, cas contact, personnels à l’interface avec la population…). Au niveau théorique, les analyses porteront notamment sur l’applicabilité à la MVE des « leçons et expériences »
acquises à propos du sida et nourriront le débat sur les effets durables de la lutte contre le sida sur les systèmes de santé et de soins (aux sens anthropologique et santé publique du terme). En termes de résultats, cette étude :
• documentera l’expérience et les perceptions « sur le terrain » des acteurs de la lutte contre la MVE
• précisera les dimensions sociales du suivi à domicile des personnes contact et leur vécu de la mesure
• Informera sur les connaissances et le rôle des agents « à l’interface » entre professionnels et population dans la diffusion de l’information sur la MVE
• documentera les thèmes clé traités par les media pendant l’épidémie
• décrira les objets de confiance et de défiance vis-­‐à-­‐vis du dispositif de riposte.

Un dispositif de journées d’étude est mis en place en parallèle au
CRCF. Des informations pour les professionnels de santé sur la MVE sont mises à disposition sur:
www.crcf.sn

Anthropologie des Epidémies Emergentes Network