côte d’ivoire suite

La MVE induit au sein des populations des sentiments d’inquiétude, d’anxiété, d’angoisse, de peur voire comme cela été décrit en zone épidémique, de panique. Un tel effet, en partie au moins alimenté par des rumeurs, contribue à une modification insidieuse mais considérable des pratiques sociales, affectant aussi bien les relations au sein des familles, que du corps social en général. La proximité géographique, les liens sociaux étroits et les mobilités humaines importantes entre les différents pays concernés amplifient les inquiétudes et renforcent le risque de propagation de rumeurs aux effets non maitrisables. Le risque majeur étant l’altération de la confiance des populations envers les services sanitaires, comme cela a été décrit dans les pays en phase épidémique par les anthropologues des équipes OMS. Pour éviter cette situation, l’État doit en permanence composer avec des avis d’experts mais aussi avec les rumeurs. La gestion d’un tel contexte de risque rumoral élevé nécessite donc d’adapter les réponses et la communication autour des mesures prises et des alertes, en fonction des situations sanitaires, sociales ou politiques.

Face à l’urgence qu’impose la gestion de la contrainte de cette épidémie rumorale, la Chaire Unesco de Bioéthique (CUB) de l’Université A. Ouattara et l’UMR 224 de l’IRD ont engagé un programme de recherche-action, EBOCI, visant notamment à améliorer la politique de communication autour de la MVE.

Le programme de recherche EBOCI est donc en particulier un outil d’aide à la décision et vise deux objectifs interconnectés.

L’objectifappliqué de ce programme est d’analyser en temps réel les rumeurs collectées et d’informer en continu la stratégie de communication du Comité National de Veilleen se basant sur une recherche socio-anthropologique relative aux dynamiques induites par la MVE, second objectif du programme.

En raison des transformations sociales rapides provoquées par l’émergence et le développement de cette épidémie virale, larecherche socio-anthropologique visera à prendre la mesure des changements sociauxinduits par la MVE, les usages politiques ou idéologiques de la maladie, la perception que les populations et les professionnels de la santé ont de la maladie, du risque de contagion ou encore des mesures de prévention. Une meilleure connaissance de ces paramètres sociologiques permettra d’optimiser la construction des discours, des mesures et des stratégies, des mécanismes d’anticipation ou de réaction rapide.

La recherche socio-anthropologique s’appuiera sur une méthodologie de recueil, de suivi, de traçage et d’analyse des rumeurs ainsi que des pratiques sociales émergentes.

Il s’agira plus spécifiquement de :

– Recueillir la chronologie des évènements relatifs à la MVE en Côte d’Ivoire et les articulations éventuelles entre eux

– Développer une analyse anthropologique des discours et des rumeurs  mais aussi des informations circulant dans les médias,;

– Réaliser une anthropologie(i) des dispositifs de surveillance et de signalement des cas, (ii) des éventuels cas suspects ou cas avérésavec un regard sur les aspects éthiques, juridiques et politiques.

En clair, le projet repose sur une méthodologie de recueil continu de données dans les médias, les réseaux sociaux et les dispositifs mis en place par le comité de crise sanitaire de l’épidémie de la MVE ainsi que sur des méthodes d’enquêtes qualitatives. L’ensemble du corpus de données sera ensuite analysé au moyen de concepts pertinents empruntés à différentes disciplines des sciences sociales. L’objectif ultime, rappelons le, étant d’informer au fur et à mesure la prise de décision du Comité de veille.

EBOCI est rattaché au réseau SHS EBOLA(http://shsebola.hypotheses.org/)qui propose de rassembler des équipes en sciences sociales travaillant sur la MVE dans les pays voisins des zones épidémiques. Ce réseau permettra l’harmonisation du recueil de données ; des analyses comparées ; une mutualisation des recherches documentaires et bibliographiques ; un partage des expériences de terrain et des recommandations formulées ; la mise en œuvre d’une liste de diffusion (appels d’offres, évènements, colloques, etc.) ; éventuellement, l’élaboration de programmes en commun.

EBOCI se construit donc autour de plusieurs axes qui pourront démarrer de manière échelonnée dans le temps, en fonction des évènements, des résultats obtenus sur les autres axes mis en œuvre antérieurement, des résultats issus des programmes de recherche menés dans d’autres pays limitrophes des zones épidémiques, mais aussi des financements acquis. Ce dynamisme et cette souplesse sont indispensables pour pouvoir recentrer les problématiques et concentrer en permanence les efforts de recherche sur les questions d’actualités les plus pertinentes, les plus urgentes et donc – dans la mesure du possible –, pour aider l’Etat et les équipes soignantes à construire leur riposte le mieux possible.

Pour pourvoir débuter ce programme le plus rapidement, le budget nécessaire été évalué à 80000 euros pour les 12 prochains mois. Une première demande de financement a d’ores et déjà été déposé en ce sens mais l’équipe de recherche se réserve la possibilité de solliciter d’autres sources de financement en fonction de la charge de travail, des activités a développer et des sollicitations éventuelles.

L’équipe d’EBOCI coordonnée par la Chaire Unesco de Bioéthique (CUB) de l’Université A. Ouattara (F. Akindes) et l’UMR 224 de l’IRD (M. Egrot). L’équipe à la date du 22/10 est composée (par ordre alphabétique) de : Francis Akindes (sociologue politique, CUB-UAO), Dimi Doudou (Socio-anthropologue, CRD-UAO), Marc Egrot (anthropologue et médecin, UMR224 IRD), Florence Fournet (analyse spatiale des maladies, UMR 224 IRD), Walter Kra (Sociologue, CUB-UAO), Seydina Ousmane Zina(Politiste, UFR SJA-CUB-UAO).  En plus des chercheurs en sciences sociales, le projet associera des compétences et des institutions référentesancrées au sein des sciences biologiques, épidémiologique ou médicales notamment E. Leroy (UMR224 IRD), P.Msellati, (UMI 233 IRD), PAC-CI-ANRS (en discussion).

Anthropologie des Epidémies Emergentes Network