Bénin suite

Dans ce contexte, la confiance des populations envers les services sanitaires pourrait rapidement s’altérer, comme cela a été décrit dans les pays en phase épidémique par les anthropologues des équipes OMS. La proximité géographique, les liens sociaux étroits et les mobilités humaines importantes entre les différents pays concernés, nécessitent d’adapter les réponses et la communication autour des mesures prises et des alertes, en fonction des situations sanitaires, sociales ou politiques. L’État doit en permanence composer avec les avis d’experts, les rumeurs, les usages sociaux de la maladie et les perceptions du risque de contagion et des mesures de prévention par les populations et les professionnels de la santé.

Les objectifs d’EBBEN sont de :
– Recueillir la chronologie des évènements relatifs à la MVE au Bénin et en Côte d’Ivoire et les articulations éventuelles entre eux
– Développer une analyse anthropologique des informations circulant dans les médias, des discours et des rumeurs ;
– Réaliser une ethnologie des dispositifs de surveillance et de signalement des cas
– Réaliser l’ethnologie des éventuels cas suspects ou cas avérésen associant l’anthropologie et éventuellement les sciences juridiques

Le projet repose sur une méthodologie de recueil de données dans les médias, les réseaux sociaux et les dispositifs mis en place par le comité de crise sanitaire de l’épidémie de la MVE ainsi que sur des méthodes d’enquêtes ethnographiques. L’ensemble du corpus de données sera ensuite analysé au moyen de concepts pertinents empruntés à différentes disciplines des sciences sociales.

L’équipe d’EBBEN associe le Département de Sociologie et Anthropologie de l’Université Abomey Calavi (Roch Houngnihin, Adolphe Kpatchavi et plusieurs étudiants), le Ministère de la Santé (Roch Houngnihin), l’IRD (Marc Egrot, Carine Baxerres)

Anthropologie des Epidémies Emergentes Network